31/10/2017

Le Marchand qui voulait gouverner Florence - Alessandro Barbero

51NBaQOcI7L.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Prenez six personnages qui sont des fenêtres ouvertes sur le monde des 13e, 14e et 15e siècles.  Choisissez trois hommes et trois femmes qui ont marqué l'histoire et leur époque (tout au moins pour quatre d'entre eux).  Avec l'analyse de leurs vies, essayez de nous faire ressentir ce qu'était la société médiévale, tel est le pari de Alessandro Barbero.  Cette société n'est pas tellement éloignée de la nôtre, la prévarication, la corruption des politiciens, les dénis de justice, la lutte fratricide des religions, nous ramènent hélas en 2017.  Petit bémol peut-être pour le style qui n'est pas à la hauteur, mais il s'agit d'une traduction et "traduttore, traditore".

Lu en octobre 2017

13:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

La corruption a toujours existé et n'est pas prête de s'éteindre. Platon en parlait déjà dans ses lois : "Ne rends aucun service en échange d'un présent".
Nos politiques ont ça dans leurs gènes et il n'y a pas qu'eux. Les réseaux sociaux et la presse en font leurs gorges chaudes. Et pour les autres thèmes, c'est pareil.

Écrit par : MARCEL | 06/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire