21/09/2017

Dictionnaire Amoureux des Reines - Evelyne Lever

images (1).jpgLu et commenté par Georges

smile A la lecture de ce dictionnaire, j'ai eu l'impression d'être dans une quelconque salle d'attente, feuilletant "Point de Vue Images du Monde", et m'intéressant à la vie de nos royales célébrités. Mais la découverte du protocole de la Cour de Russie, la description de la cérémonie du Sacre, la narration des nuits de noces royales, m'ont conforté dans l'idée qu'il s'agissait d'un vrai travail d'historien. Je me suis aperçu un peu tard que l'auteure était l'une des scientifiques de référence de l'émission de Stéphane Bern "Secrets d'Histoires".  Elle est donc en symbiose avec cette émission, intéressante mais superficielle.

Lu en septembre 2017

10:26 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2017

Dictionnaire Amoureux de la Chanson Française - Bertrand Dicale

images.jpgLu en commenté par Georges

smilesmile Que la chanson soit gravée dans notre mémoire d'enfance, compagne d'un trajet sur l'autoroute, ou qu'elle soit souvenir de deuil ou de bonheur, toujours elle rythme notre vie.  Le voyage que Bertrand Dicale m'a fait parcourir m'a enthousiasmé, étonné, mais parfois aussi révolté (à cause des oublis).  Quel plaisir de côtoyer tous les Grands, de Aznavour à Zazie, de m'apercevoir que leur oeuvre m'était familière, que je l'aimais, et qu'elle avait enrichi ma vie. Et puis, le miracle de "You Tube" qui remet dans l'oreille le son oublié, la découverte de l'artiste confidentiel d'un "tube du passé".  Ce livre m'a rappelé Marie-Josée Neuville, interprète de mon adolescence, ressortie des brumes de ma mémoire en m'apportant le goût des choses rangées sur les étagères de nos enfances.

Lu en août/septembre 2017

13:57 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

La Femme aux fleurs de papier - Donato Carrisi

9782253093176-001-T.jpegLa nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombre au beau milieu de son voyage inaugural. Un passager descend dans sa cabine de première classe, revêt un smoking et remonte sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il allume un cigare et attend la mort. En 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. À moins qu’il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain. Jacob Roumann, médecin autrichien, n’a qu’une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l’interrogatoire. Sa vie, décrète-t-il, tient à trois questions : « Qui est Guzman ? Qui suis-je ? Et qui était l’homme qui fumait sur le Titanic ? »
Dans ce huis clos se noue alors entre les deux ennemis une alliance étrange autour d’un mystère qui a traversé le temps et su défier la mort. 

smilesmilesmile Ce roman n'a rien à voir avec les thrillers qui ont fait la réputation de Carrisi.  Au contraire, c'est plutôt un conte, un récit captivant, qui bien sûr nous projette dans le vécu des tranchées, mais nous emporte aussi à travers le monde avec délectation.  Le dialogue des deux protagonistes nous tient en haleine tout au long du récit et c'est avec regret que l'on tourne la dernière page.

Lu en septembre 2017

13:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2017

La Femme manquée - Armel Job

232_L230.jpgCharles a trente-cinq ans, possède une belle ferme à Sarteau en Ardenne et rêve de trouver une femme... Il s'adresse au clerc de notaire, Evariste Lejeune, pour rédiger des annonces matrimoniales. Échec. Puis réussite, lorsqu'il découvre dans un catalogue exotique, sous la rubrique "Jolies indigènes cherchant mariage", l'épouse idéale. Arrive Opportune, jeune femme d'outre-mer qui meurt le jour même de ses noces. C'est alors que se révèle l'identité du pauvre Charles Lambert - révélation qui bouleverse le village et la vie d'Evariste Lejeune...

smilesmilesmile Cela faisait longtemps que je n'avais plus lu cet auteur.  Mais les retrouvailles furent à la hauteur de mes espérances.  J'ai redécouvert ces ambiances de villages belges, tellement bien décrites, et aussi les mesquineries et superstitions des gens, souvent égoïstes et envieux.  Pauvre Charles !

Lu en août 2017

 

15:47 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)