28/01/2017

Curieuses histoires des Aventures Belges - Yves Vander Cruysen

Curieuses-histoire-belges-aventures.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Ce livre est un peu "les Belges du bout du monde".  En effet, nous découvrons le fiasco guatémaltèque, mais aussi les réussites exceptionnelles de nos compatriotes en Chine, au Brésil, aux Etats-Unis ou en Antarctique.  Nous suivons les grands capitaines d'industrie que furent Francqui, Jadot ou Nagelmackers dans leurs "coupables" activités, en regrettant qu'une fois de plus "seul l'argent fut le moteur de leurs soi-disant bienfaits" !

Mais ce qui m'a interpellé et étonné, c'est la présence de nos "Valeureux Liégeois" en Hongrie, et plus spécialement à Eger.  Le renommé vin de cette région ne serait-il pas un peu principautaire ?

Lu en janvier 2017

 

11:48 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

25/01/2017

Le Fils - Philipp Meyer

513VtkD7kkL._SX195_.jpgEli McCullough, le Colonel, marqué à vie par trois années de séquestration chez les Comanches, prend part à la conquête de l'Ouest avant de s'engager dans la guerre de Sécession et de bâtir un empire. Peter, son fils, révolté par l'ambition dévastatrice du père, ce tyran autoritaire et cynique, profite de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleverse son destin et celui des siens.
Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, ambitieuse et sans scrupules, se retrouve à la tête d'une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l'œuvre de son arrière-grand-père.
De 1850 à nos jours, une réflexion sur la condition humaine et le sens de l'Histoire à travers les voix de trois générations d’une famille texane.
 
smilesmilesmile Voilà une saga captivante de près de 800 pages, où l'on suit le parcours de vie de trois générations en alternance, ce qui rend le récit très original. En effet, on y traverse toutes les époques, allant de la période des pionniers aux guerres indiennes, des grands élevages bovins à la révolution mexicaine, de la colonisation des territoires indiens à la prospection et l'exploitation du pétrole. C'est un récit dur parfois, aux personnages hors du commun, mais qui vous emporte dans une aventure fascinante à la découverte de cette Amérique naissante.  Bref, un roman que l'on regrette de terminer.
 
Prix Littérature-monde étranger 2015

Lu en janvier 2017

 

17:28 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (2)

Diderot ou le bonheur de penser - Jacques Attali

Lu et commenté par Georges

bm_CVT_Diderot-ou-le-bonheur-de-penser_2287.jpgsmilesmilesmile Pourquoi aime-t-on les biographies ? Est-ce pour comparer l’insignifiance de nos petites vies face aux destins extraordinaires de personnages illustres ? Ou bien simplement l’envie de mesurer l’importance d’un choix au carrefour d’une existence ?

En ce qui concerne Denis Diderot, je dois dire combien j’aurais été honoré d’être son ami ; quel personnage, lumière au siècle des lumières, génie modeste, philosophe humaniste, père de famille remarquable mais piètre mari, il aura traversé le XVIIIe siècle sans faire de vagues, mais en léguant à la postérité ses idées généreuses et des principes qui sont toujours notre panacée. Cet homme qui a tout simplement dit « le temps des devoirs est terminé, fêtons l’avènement du temps des droits ».

Son exclamation « Indignez-vous » était prémonitoire et Stéphane Hessel n’est que l’héritier de sa pensée. Puissions-nous toujours, face à la montée du populisme, être les enfants de Diderot.

Lu en janvier 2017

17:17 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

15/01/2017

Marie Stuart - Philippe Erlanger

51A3ZE1CSRL._SX309_BO1,204,203,200_.jpgLu en commenté par Georges

smilesmilesmile Quand Joyce di Donato entame, au 4e acte de l'opéra Marie Stuart de Donizetti, l'inoubliable air de la prière, il faudrait avoir un cœur de pierre pour ne pas être submergé par l'émotion.  

J'avais une connaissance assez rudimentaire de l'histoire de cette femme du 16e siècle, et seule sa fin dramatique m'était connue. L'ouvrage de Philippe Erlanger se lit comme un roman d'aventures. Les faits historiques sont étayés de preuves évidentes, et l'analyse psychologique de cette femme superficielle, mais investie néanmoins de la noblesse de sa qualité de reine, est remarquable.

Comme les choix parfois anodins qu'elle fit, que nous faisons, sont déterminants sur le cours d'une vie !

Lu en janvier 2017

10:21 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2017

Dictionnaire Amoureux de la Langue Française - J.L. Chifflet

41fZ7zYNgWL._SX195_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Ah, notre langue, comme nous l'aimons, mais comme elle est difficile !  Simples exemples : pourquoi le Mont Blanc s'écrit-il sans trait d'union, mais le Massif du Mont-Blanc, avec; les Nations Unies sans, mais les Etats-Unis avec.  Le miracle de l'imparfait du subjonctif : "Ah, fallait-il que je vous visse" ou "Fallait-il que vous me plussiez" !

Régalons-nous aussi des paronymies, des pluriels compliqués, des homophonies et autres tautogrammes, mais surtout, laissons-nous bercer par la musique de Baudelaire ou d'Hugo.  Le musicien qui tient une partition en main entend, dès la lecture de celle-ci, le son que produiront le hautbois ou le violoncelle.  De la même manière, quand nous déchiffrons les vers de Verlaine ou de Rimbaud, il s'impose à nous, au-delà du sens de la phrase, une musique qui est celle de la langue, notre langue.  J'ai beaucoup aimé ce dictionnaire, mais le maître incontesté de ce genre reste et restera sans doute Claude Gagnière et son remarquable "Pour tout l'or des mots".

Lu en janvier 2017

 

15:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

En Route vers l'Ouest - Jim Harrison

cvt_En-route-vers-lOuest_3003.jpegLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Depuis les rivages du Lac Supérieur, là où vivent les truites argentées, Jim Harrison nous emmène vers la mégalopole de tous les vices, Los Angeles.  Ce voyage, à la recherche de l'escroc qui a subtilisé l'inestimable peau d'ours du chef indien "Chien Brun", se termine comme la vie, c'est-à-dire dans l'infini des choses recommencées.  Le style de l'auteur, que je ne connaissais pas, est débordant d'imagination.  A chaque page un flot d'idées farfelues ou sensées nous est offert, car il s'agit bien ici d'un cadeau, que ce petit bijou d'écriture.  Céline n'est pas loin.

Lu en janvier 2017

15:21 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

09/01/2017

L'Etranger - Marcel Camus

13487_1709902.jpegCondamné à mort, Meursault. Sur une plage algérienne, il a tué un Arabe. À cause du soleil, dira-t-il, parce qu'il faisait chaud. On n'en tirera rien d'autre. Rien ne le fera plus réagir : ni l'annonce de sa condamnation, ni la mort de sa mère, ni les paroles du prêtre avant la fin.

smilesmilesmile Voilà un roman qui vous interpelle sur la condition humaine par rapport au non respect des conventions.  Le héros du récit est tout à fait étranger au monde qui l'entoure et réagit avec indifférence aux événements qui se présentent.  Cette attitude irrationnelle a évidemment le don d'exaspérer le monde qui l'entoure et les événements qui s'ensuivent provoquent des témoignages accablants lors de son procès.  La fin est donc inéluctable.

La lecture de ce roman m'a fait (re)découvrir Camus et son analyse des comportements humains tellement pertinente.  Elle remet en question l'absurdité des compromis qui impliquent de devoir penser et réagir comme la majorité des gens qui vous entourent.

Lu en janvier 2017

 

09:54 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

08/01/2017

Le Mal du Pays (Autobiographie de la Belgique) - Patrick Roegiers

téléchargement (1).jpgLu et commenté par Georges

frown Après la déception du Dictionnaire Amoureux de la Belgique (cf. ce blog), une constatation s'impose : elle reste toujours à écrire l'apologie de notre pays. Patrick Roegiers me déçoit autant que J.B. Baronian.  Son autobiographie de la Belgique ne me fait pas ressentir les non-dits, les impressions fugaces, la lumière des cieux flamands, la brume des crêtes ardennaises, et surtout la merveilleuse et simple logique de la mentalité belge.  Ce "mal du pays" souffre d'un excès de logorrhée verbale et d'une pléthore de synonymes.  On ne devient pas Marcel Proust parce que l'on écrit des phrases interminables !

Lu en décembre 2016/janvier 2017

09:06 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

02/01/2017

Le Secret du Mari - Liane Moriarty

9782253067948-001-T.jpegJamais Cecilia n’aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « À n’ouvrir qu’après ma mort. » Quelle décision prendre ? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ? Tous les maris – et toutes les femmes – ont leurs secrets. Certains peuvent être dévastateurs.

smilesmilesmile Encore un roman que j'ai lu en peu de temps.  Au début du récit, trois histoires familiales distinctes sont relatées, mais on sent rapidement qu'elles sont imbriquées les unes dans les autres.  Après l'ouverture de la lettre, une fois le secret dévoilé, les conséquences provoquées par cette révélation vont bouleverser le destin de certains des protagonistes, et provoquer des réactions diverses.  Vers la fin du roman, un accident tragique va brusquer les choses.  

Ce roman est une réflexion sur le sentiment de culpabilité, le choix d'accuser ou de se taire, l'adultère, le deuil à assumer, l'esprit de famille, la sexualité et le pardon; le tout écrit avec sensibilité et légèreté.   J'ai beaucoup apprécié l'épilogue où l'auteur nous suggère d'autres destins pour les personnages, en fonction du hasard et des chemins de vie possibles.

CBS a acquis les droits pour une adaptation cinématographique.

Lu en décembre 2016/janvier 2017

08:43 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)