14/01/2017

Dictionnaire Amoureux de la Langue Française - J.L. Chifflet

41fZ7zYNgWL._SX195_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Ah, notre langue, comme nous l'aimons, mais comme elle est difficile !  Simples exemples : pourquoi le Mont Blanc s'écrit-il sans trait d'union, mais le Massif du Mont-Blanc, avec; les Nations Unies sans, mais les Etats-Unis avec.  Le miracle de l'imparfait du subjonctif : "Ah, fallait-il que je vous visse" ou "Fallait-il que vous me plussiez" !

Régalons-nous aussi des paronymies, des pluriels compliqués, des homophonies et autres tautogrammes, mais surtout, laissons-nous bercer par la musique de Baudelaire ou d'Hugo.  Le musicien qui tient une partition en main entend, dès la lecture de celle-ci, le son que produiront le hautbois ou le violoncelle.  De la même manière, quand nous déchiffrons les vers de Verlaine ou de Rimbaud, il s'impose à nous, au-delà du sens de la phrase, une musique qui est celle de la langue, notre langue.  J'ai beaucoup aimé ce dictionnaire, mais le maître incontesté de ce genre reste et restera sans doute Claude Gagnière et son remarquable "Pour tout l'or des mots".

Lu en janvier 2017

 

15:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.