09/01/2017

L'Etranger - Marcel Camus

13487_1709902.jpegCondamné à mort, Meursault. Sur une plage algérienne, il a tué un Arabe. À cause du soleil, dira-t-il, parce qu'il faisait chaud. On n'en tirera rien d'autre. Rien ne le fera plus réagir : ni l'annonce de sa condamnation, ni la mort de sa mère, ni les paroles du prêtre avant la fin.

smilesmilesmile Voilà un roman qui vous interpelle sur la condition humaine par rapport au non respect des conventions.  Le héros du récit est tout à fait étranger au monde qui l'entoure et réagit avec indifférence aux événements qui se présentent.  Cette attitude irrationnelle a évidemment le don d'exaspérer le monde qui l'entoure et les événements qui s'ensuivent provoquent des témoignages accablants lors de son procès.  La fin est donc inéluctable.

La lecture de ce roman m'a fait (re)découvrir Camus et son analyse des comportements humains tellement pertinente.  Elle remet en question l'absurdité des compromis qui impliquent de devoir penser et réagir comme la majorité des gens qui vous entourent.

Lu en janvier 2017

 

09:54 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Il y a très peu de temps, moi aussi, j'ai relu ce chef d’œuvre d'Albert Camus. Avec cette première phrase inoubliable et qui situe d'emblée le personnage : "Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."
Un auteur comme on en fait plus, à côté de ce monument, la production littéraire française me semble bien pauvre pour le moment.

Écrit par : MARCEL | 16/01/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.