01/12/2017

L’Échappé Belge - Alex Vizorek

téléchargement.jpgLu et commenté par Georges

smile Marketing, marketing, que d'erreurs on commet en ton nom. Grand exportateur de l'humour belge outre-Quiévrain, Alex Vizorek a jugé bon de proposer un florilège de ses chroniques radiophoniques qui charment les auditeurs de France Inter. Il faut être au top de la politique parisienne pour apprécier l'impertinence et l'humour décalé qui font certainement mouche à l'oral, mais qui s'écrasent un peu à l'écrit. Pour vendre en Belgique, (ah le marketing), on rajoute quelques pages "spéciales Belgique". Et hop, cela se vend, la preuve, je l'ai acheté !

Lu en novembre 2017

15:25 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

29/11/2017

Mille Soleils Splendides - Khaled Hosseini

9782264049063.jpgÀ Kaboul, Mariam endure un mariage contraint avec un homme violent. L’arrivée de la jeune Laila sous son toit est une épreuve de plus. Mais, entre ces femmes que tout oppose, la rivalité va bientôt faire place à une indéfectible amitié… Et à l’espoir d’une autre vie. Par l’auteur des Cerfs-Volants de Kaboul, un chant d’amour poignant pour l’Afghanistan, déchirée par la barbarie. 

smilesmilesmile J'ai enfin eu le courage de lire ce roman dont j'avais relevé le titre sur le blog de Marcel, et dont le commentaire m'avait interpellée.  Mais quel récit bouleversant, perturbant,  émouvant, ... il n'y a pas de terme assez fort pour le qualifier.  Il nous fait partager le sort tragique de ces deux femmes afghanes dont on découvre au fil des pages et avec beaucoup d'émotion, le quotidien fait de violences physiques et morales.  Le courage qu'elles ont pour supporter toutes ces persécutions envers et contre tout, pour ne pas laisser tomber les bras et pour essayer de s'échapper de cet enfer que sont la guerre, les bombes, la faim, ... et leur futur.

Lu en novembre 2017

17:14 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (2)

28/11/2017

Le jour où j'ai appris à vivre -Laurent Gounelle

4189ys8CVGL._SX210_.jpgImaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.
C'est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie... 

smilesmile L'auteur nous fait vivre une prise de conscience de la vie ... et de la mort, avec comme conclusion que "Bien vivre, c'est se préparer à mourir sans regrets", et, pour y arriver, apprendre à se connaître et à analyser nos limites et à les accepter.  Mais aussi refuser d'être façonné dans un moule imposé par la société et qui ne nous correspond pas.  Si je suis un peu déçue par ce roman, c'est peut-être que j'en espérais plus ! En effet, il n'a pas été le déclencheur d'un changement de raisonnement et d'attitude en ce qui me concerne.

Lu en octobre/novembre 2017

16:33 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2017

De quelques Amoureux des Livres ... - Philippe Claudel

9782253069485-001-T.jpegLu et commenté par Georges

smile Quand un romancier célèbre décide de s'amuser, il met en scène une panoplie de personnages face à l'angoisse de la page blanche.

Cet exercice est un peu vain, et parfaitement inutile, mais a certainement réjoui le formidable créateur de fictions qu'est Philippe Claudel.

Lu en novembre 2017

16:20 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

C'était mieux avant ! - Michel Serres

51Nc0KKWAhL._SX195_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile En préface, Michel Serres déclare "C'était mieux avant, ça tombe bien, j'y étais" ! Je peux faire mienne cette affirmation, puisque "moi aussi, j'y étais".

Face aux éternels vieux ronchons nostalgiques, Michel Serres démontre, avec un discours simple, que notre époque, malgré Trump et quelques autres, est un paradis par rapport à ce 20ème siècle idéalisé par certains.  Toutefois, je peux, sans être taxé de rétrograde, regretter l'époque où la communauté était celle d'amis réels et non la triste virtualité de Facebook.

Lu en novembre 2017

15:51 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

31/10/2017

Le Marchand qui voulait gouverner Florence - Alessandro Barbero

51NBaQOcI7L.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Prenez six personnages qui sont des fenêtres ouvertes sur le monde des 13e, 14e et 15e siècles.  Choisissez trois hommes et trois femmes qui ont marqué l'histoire et leur époque (tout au moins pour quatre d'entre eux).  Avec l'analyse de leurs vies, essayez de nous faire ressentir ce qu'était la société médiévale, tel est le pari de Alessandro Barbero.  Cette société n'est pas tellement éloignée de la nôtre, la prévarication, la corruption des politiciens, les dénis de justice, la lutte fratricide des religions, nous ramènent hélas en 2017.  Petit bémol peut-être pour le style qui n'est pas à la hauteur, mais il s'agit d'une traduction et "traduttore, traditore".

Lu en octobre 2017

13:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

26/10/2017

Le Dernier Banquet - Jonathan Grimwood

9782253070207-001-T.jpegUn enfant crasseux mange des scarabées à côté d’un tas de fumier, il a cinq ans et ses parents sont morts. Il s’appelle Jean-Charles d’Aumout et c’est un noble sans le sou qui va connaître un destin exceptionnel.
Dans la France du XVIIIe siècle, l’orphelin devenu cadet à l’Académie militaire va, grâce à un mariage, grimper les échelons de la société. Soldat, diplomate, espion, amant : Aumout est tout cela à la fois.
Sa vie est remplie de passion et d’intrigues, mais cela ne lui suffit pas. Il n’a qu’une seule obsession : l’art culinaire qu’il porte à son paroxysme. Alors que la société agonise sous les coups de la Révolution, tel un alchimiste prêt à toutes les expériences, Aumout cherche le goût parfait, absolu. Mais en cuisine, pas plus qu’en politique, la perfection n’est de ce monde…

« Ce roman historique est un chef d’œuvre. » (The Times)

frown Vous l'aurez compris : je n'ai pas aimé ce récit, malgré l'avis du Times !! Pas mal de passages parlent de sexe dans un mode assez cru, et même si je ne suis pas bégueule, je trouve que ce n'est pas ce qui peut faire la beauté d'un récit.  Par ailleurs, la cuisine expérimentale du protagoniste est plus que déroutante, voire parfois dégoûtante. Quelques critiques osent une certaine comparaison avec Le Parfum de Suskind.  Pour moi, il n'arrive pas à sa cheville ! 

Lu en octobre 2017

16:10 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

07/10/2017

Puissions-nous être pardonnés - Amy M. Homes

9782330078171.jpgHistorien spécialiste de Nixon, Harold Silver a passé sa vie à observer son arrogant et belliqueux cadet George, magnat de l’industrie TV, se bâtir une vie cossue dans la banlieue de New York et n’est que trop au fait du tempérament explosif de son frère. Le jour où George perd totalement le contrôle, la sauvagerie de son geste est telle que tous deux se voient projetés dans des vies radicalement nouvelles.
Du jour au lendemain, Harry se retrouve en charge d’une nièce et d’un neveu, auxquels viendront bientôt se greffer un orphelin pour le moins excentrique et un couple de retraités farfelus. Tandis qu’il s’emploie à fonder cette famille d’un genre nouveau, Harry, héros malgré lui, navigue dans la tempête avec une intelligence des autres salutaire et, ce faisant, trouve le chemin de lui-même.

smilesmile J'ai réussi à terminer la lecture de ce roman 682 pages ! Cela sonne comme un cri de victoire, mais je dois avouer que je me suis souvent posé la question de savoir s'il m'ennuyait ou s'il me réjouissait.  Certains passages sont drôles, l'histoire est assez burlesque et farfelue, mais elle n'a pas réussi à me captiver.

Lu en septembre/octobre 2017

13:34 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2017

Toutes les vagues de l'océan - Victor del Arbol

CVT_Toutes-les-vagues-de-locean_9673.jpgGonzalo Gil reçoit un message qui bouleverse son existence : sa sœur, de qui il est sans nouvelles depuis de nombreuses années, a mis fin à ses jours dans des circonstances tragiques. Et la police la soupçonne d’avoir auparavant assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils. Ce qui ne semble alors qu’ un sombre règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et de la figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences.
Cet homme idéaliste, parti servir la révolution dans la Russie stalinienne, a connu dans l’enfer de Nazino l’incarnation du mal absolu, avec l’implacable Igor, et de l’amour fou avec l’incandescente Irina. La violence des sentiments qui se font jour dans cette maudite “île aux cannibales” marque à jamais le destin des trois protagonistes et celui de leurs descendants. Révolution communiste, guerre civile espagnole, Seconde Guerre mondiale, c’est toujours du côté de la résistance, de la probité, de l’abnégation que ce parangon de vertu, mort à la fleur de l’âge, a traversé le siècle dernier. Sur fond de pression immobilière et de mafia russe, l’enquête qui s’ouvre aujourd’hui à Barcelone rebat les cartes du passé. La chance tant attendue, pour Gonzalo, d’ébranler la statue du commandeur, de connaître l’homme pour pouvoir enfin aimer le père.
Toutes les vagues de l’océan déferlent dans cette admirable fresque d’un XXe siècle dantesque porteur de toutes les utopies et de toutes les abjections humaines.

smilesmilesmile Dès les premières lignes, on est captivé par ce roman.  Près de 700 pages passionnantes durant lesquelles l'on passe avec fébrilité des années 1930 aux années 2000. On est embarqué dans ce récit qui nous entraîne dans les camps staliniens de Sibérie, le fascisme espagnol, les combats de la guerre d'Espagne, où les choix politiques des individus déterminent le pire ou le meilleur pour l'avenir de leurs familles et de leurs descendants.

J'ai découvert cet auteur grâce à l'enthousiasme de Joëlle qui en est une inconditionnelle, et j'adhère au club ! Plaisir de lecture garanti.

Lu en septembre 2017

Prix Violeta Negra en 2016

Élu meilleur polar de l'année par LiRE en 2015

Grand Prix de Littérature Policière - Roman Etranger - en 2015

 
 
 

15:53 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

02/10/2017

Sapiens. Une Brève Histoire de l'Humanité - Yuval Noah Harari

bm_184036_aj_m_260.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmilesmile Il y a des livres qui sont des bouteilles que l'on jette à la mer dans l'espoir que l'univers entier en prenne connaissance. C'est le cas de Sapiens. C'est un traité de sociologie, d'ethnologie, de philosophie, de théologie, mais avant tout, c'est un passionnant livre d'Histoire avec un grand H. Depuis l'empreinte de la main de la grotte Chauvet jusqu'à l'homme bionique, Yuval Noah Harari nous transporte de notre lointain passé (- 70.000 ans) jusqu'à un futur hypothétique à deux directions. Jamais il ne simplifie son propos, mais il reste accessible et ses avis sont toujours étonnants de lucidité. Cette brève histoire de l'Humanité est un des livres que l'on est fier d'avoir lu, et qui m'accompagnera encore longtemps.

Lu en septembre/octobre 2017

11:31 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2017

Dictionnaire Amoureux des Reines - Evelyne Lever

images (1).jpgLu et commenté par Georges

smile A la lecture de ce dictionnaire, j'ai eu l'impression d'être dans une quelconque salle d'attente, feuilletant "Point de Vue Images du Monde", et m'intéressant à la vie de nos royales célébrités. Mais la découverte du protocole de la Cour de Russie, la description de la cérémonie du Sacre, la narration des nuits de noces royales, m'ont conforté dans l'idée qu'il s'agissait d'un vrai travail d'historien. Je me suis aperçu un peu tard que l'auteure était l'une des scientifiques de référence de l'émission de Stéphane Bern "Secrets d'Histoires".  Elle est donc en symbiose avec cette émission, intéressante mais superficielle.

Lu en septembre 2017

10:26 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2017

Dictionnaire Amoureux de la Chanson Française - Bertrand Dicale

images.jpgLu en commenté par Georges

smilesmile Que la chanson soit gravée dans notre mémoire d'enfance, compagne d'un trajet sur l'autoroute, ou qu'elle soit souvenir de deuil ou de bonheur, toujours elle rythme notre vie.  Le voyage que Bertrand Dicale m'a fait parcourir m'a enthousiasmé, étonné, mais parfois aussi révolté (à cause des oublis).  Quel plaisir de côtoyer tous les Grands, de Aznavour à Zazie, de m'apercevoir que leur oeuvre m'était familière, que je l'aimais, et qu'elle avait enrichi ma vie. Et puis, le miracle de "You Tube" qui remet dans l'oreille le son oublié, la découverte de l'artiste confidentiel d'un "tube du passé".  Ce livre m'a rappelé Marie-Josée Neuville, interprète de mon adolescence, ressortie des brumes de ma mémoire en m'apportant le goût des choses rangées sur les étagères de nos enfances.

Lu en août/septembre 2017

13:57 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

La Femme aux fleurs de papier - Donato Carrisi

9782253093176-001-T.jpegLa nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombre au beau milieu de son voyage inaugural. Un passager descend dans sa cabine de première classe, revêt un smoking et remonte sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il allume un cigare et attend la mort. En 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. À moins qu’il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain. Jacob Roumann, médecin autrichien, n’a qu’une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l’interrogatoire. Sa vie, décrète-t-il, tient à trois questions : « Qui est Guzman ? Qui suis-je ? Et qui était l’homme qui fumait sur le Titanic ? »
Dans ce huis clos se noue alors entre les deux ennemis une alliance étrange autour d’un mystère qui a traversé le temps et su défier la mort. 

smilesmilesmile Ce roman n'a rien à voir avec les thrillers qui ont fait la réputation de Carrisi.  Au contraire, c'est plutôt un conte, un récit captivant, qui bien sûr nous projette dans le vécu des tranchées, mais nous emporte aussi à travers le monde avec délectation.  Le dialogue des deux protagonistes nous tient en haleine tout au long du récit et c'est avec regret que l'on tourne la dernière page.

Lu en septembre 2017

13:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2017

La Femme manquée - Armel Job

232_L230.jpgCharles a trente-cinq ans, possède une belle ferme à Sarteau en Ardenne et rêve de trouver une femme... Il s'adresse au clerc de notaire, Evariste Lejeune, pour rédiger des annonces matrimoniales. Échec. Puis réussite, lorsqu'il découvre dans un catalogue exotique, sous la rubrique "Jolies indigènes cherchant mariage", l'épouse idéale. Arrive Opportune, jeune femme d'outre-mer qui meurt le jour même de ses noces. C'est alors que se révèle l'identité du pauvre Charles Lambert - révélation qui bouleverse le village et la vie d'Evariste Lejeune...

smilesmilesmile Cela faisait longtemps que je n'avais plus lu cet auteur.  Mais les retrouvailles furent à la hauteur de mes espérances.  J'ai redécouvert ces ambiances de villages belges, tellement bien décrites, et aussi les mesquineries et superstitions des gens, souvent égoïstes et envieux.  Pauvre Charles !

Lu en août 2017

 

15:47 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

25/08/2017

Martin Eden - Jack London

téléchargement.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Je ne sais pour quelle mystérieuse raison, un matin, j'ai décidé de ne plus lire de romans. Après de longues années de carême, j'ai retrouvé l'envie avec toutefois un appétit d'oiseau. Quant à se nourrir à nouveau d'une romanesque pâtée, autant que la qualité y soit. Alors choisissons un chef-d'oeuvre ! 

Martin Eden, considéré comme tel, m'a réconcilié avec la fiction. Les quelques longueurs, perceptibles notamment à la lecture des interminables refus que le personnage subit de la part des éditeurs n'acceptant pas sa littérature, sont compensées par des fulgurances d'idées qui dérangent, émeuvent et révoltent.  C'est probablement là le propre du chef-d'oeuvre.

Même si nous ne nous identifions jamais avec le personnage de Martin, sa vie (qui est en grande partie celle de Jack London), et son désir d'ascension sociale sont dépeints avec un foisonnement de détails et d'analyses psychologiques dignes de Proust.

Je ne suis pas prêt d'oublier la lente descente de Martin dans l'Océan Pacifique, et sa plongée de l'autre côté du miroir.

"Cette souffrance n'était pas la mort, se dit-il dans une demi-inconscience. La mort ne faisait pas mal. Non, c'était la vie, cette atroce sensation d'étouffement, le dernier mauvais coup que lui portait la vie. Ses mains et ses pieds se mirent à battre l’eau de tous côtés, dans des soubresauts désespérés. Il était descendu trop bas. Il croyait flotter langoureusement dans une vision de rêve. Des rayons des couleurs l'entouraient, le baignaient, le pénétraient. On eût dit un phare. Mais non, c'était dans son cerveau - un éclair de lumière blanche, une lumière de plus en plus vive.  Il y eu un long bourdonnement, puis il eut l'impression de tomber dans un vaste escalier sans fin.  Tout en bas, c'étaient les ténèbres.  Cela, il le savait. Il sombrait dans les ténèbres.   Et, au moment où il le sut, il cessa de le savoir."

Lu en août 2017

13:23 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2017

Trois jours et une vie - Pierre Lemaitre

téléchargement (1).jpg"À la fin de décembre 1999, une surprenante série d’événements tragiques s’abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt.
Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien…"

smilesmilesmile Je sens que je vais devenir une inconditionnelle de Pierre Lemaitre !!  Quel talent, quelle superbe écriture, et quelle histoire ! Ce roman, que je qualifierais de drame psychologique, - et que j'ai "avalé" en quelques jours - relate avec beaucoup justesse les tourments et le désarroi vécus par ce garçon solitaire, âgé de 12 ans au début du roman.  Le récit, découpé en trois périodes successives, est ensuite un enchaînement de désappointements pour Antoine, et s'achève sur une interrogation.   Merci Joëlle !

Lu en août 2017.

16:41 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (2)

Ne t'arrête pas - Michelle Gagnon

experience-noa-torson,-tome-1---ne-t-arrete-pas-606856-264-432.jpgNoa se réveille sur une table d'opération, une cicatrice en travers de la poitrine. Elle ne sait pas où elle est, comment elle est arrivée là, ni même pourquoi elle a été opérée. Alors elle prend la fuite. Les tueurs à ses trousses confirment vite ses soupçons : rien de tout cela n'est légal. 
La jeune fille, hacker talentueuse et solitaire, vit depuis plusieurs années en marge de la société et pense pouvoir semer facilement ses poursuivants. Elle se trompe : pour la première fois de sa vie, si elle veut survivre, Noa a besoin d'aide. Car elle est la clé d'un terrible secret. Et ceux qui la traquent n'ont aucune intention de la laisser s'échapper. 

smile J'ai commis deux erreurs à propos de ce roman : la première, c'est que je me suis trompée en l'achetant, croyant que c'était un Harlan Coben ; la deuxième, c'est de l'avoir lu jusqu'au bout ! Et, comble de tout, j'ai réalisé vers la fin du bouquin, qu'il existait un tome II !  Bon, j'assume !  Je n'ai pas réussi à apprécier ce livre, qui a pourtant été primé.  Pourquoi : des histoires de hackers me passent au-dessus de la tête, et qui plus est, des transplantations d'organes expérimentales effectuées sur des jeunes en situation précaire, ce n'est pas mon truc.  

Lu en juillet/août 2017

Prix du meilleur roman Jeunesse 2015 - Festival du Polar à Cognac

16:38 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2017

Le Grand Bêtisier des Mots - Claude Gagnière

41pRlJkBmNL._SX301_BO1,204,203,200_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Il est des collections de toutes sortes, depuis les boîtes d'allumettes jusqu'aux boutons de culottes, en passant par les cheveux en quatre. Mais si la "collectionnite" n'est qu'un passe-temps un peu ridicule, que dire de celui qui recueille, de celui que emmagasine et restitue l'héritage de notre passé. Cette manie était celle de Claude Gagnière, grand collectionneur de la langue, notre langue : le Français ! Érudit, touche à tout, il a écrit quelques recueils qui sont les trésors offerts de sa bibliothèque et de sa mémoire de lecteur.  

J'avais, il y a quelques années, apprécié avec délectation son "Pour tout l'or des mots" qui est l'exemple type du livre "table de nuit", celui que l'on reprend avec plaisir.  J'ai été aussi séduit par le "Grand bêtisier des mots" qui sont des miscellanées d'aphorismes, de bons mots, de charades, de traits d'esprit, de perles de cancres, de traductions ridicules .., qui émaillent ce petit opuscule.

Lu en juillet 2017

12:58 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2017

Petit Louis dit XIV - Claude Duneton

51N8CRG4VBL._SX210_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Chroniqueur au Figaro, historien du langage, Claude Duneton, a écrit un livre inclassable. D'une érudition monstrueuse, avec une volonté de rester romanesque, il nous fait vivre une courte période de l'histoire de France (1638-1643), en se basant comme fil rouge sur les mémoires de Pierre Laporte, premier valet de Louis XIV. Les dialogues qu'il prête aux personnages, qu'ils soient domestiques, bourgeois, artisans ou de noble naissance, sont tous empreints d'une étonnante vérité. Les mœurs de l'époque sont détaillées avec la minutie d'un entomologiste, et nous restons effarés face à une société capable de s'émouvoir pour des banalités, mais restant insensible à la souffrance des malheureux condamnés et suppliciés. La puissance et surtout l'empreinte de la religion sont le moteur de la vie à la cour, et je ne suis pas prêt d'oublier la description de la lente agonie de Louis XIII et de sa foi vacillante face aux ténèbres de l'au-delà.

Lu en juin/juillet 2017

 

13:50 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (2)

07/07/2017

Après la fin - Barbara Abel

téléchargement.jpgUne banlieue calme, aux maisons mitoyennes entourées de jardins bien entretenus. Des voisins modèles : Tiphaine et Sylvain, couple soudé aux prises avec un ado un peu rebelle, Milo. C'est le cadre idéal dans lequel Nora, récemment divorcée, vient d'emménager avec ses deux enfants. Mais Nora ne sait pas encore que les anciens propriétaires de sa jolie maison se sont suicidés, qu'ils étaient les parents naturels de Milo, que Tiphaine vit dans une prison de mensonges et de culpabilité. Et dans l'ignorance, Nora donne sa confiance...

smile Ce roman est annoncé comme étant un "thriller" ! Ce n'est pas du tout mon avis ! Jusqu'au 50 dernières pages, c'est plutôt un récit de vies quelconques et de déboires familiaux tels que des couples qui se défont ou qui s’entre déchirent, ou encore des adolescents et leurs premiers émois.  Bref, assez ennuyeux ! Je n'ai peut-être pas choisi le meilleur Barbara Abel ..

Lu en juin/juillet 2017

12:34 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

Guerre et Térébenthine - Stéphane Hertmans

51c9-64YEJL._SX195_.jpgQuand Stefan Hertmans entreprend la lecture des centaines de pages de notes laissées par son grand-père, il comprend que cette vie-là vaut la peine d’être racontée. Une enfance très pauvre à Gand, le rêve de devenir peintre, puis l’horreur de la Grande Guerre dans les tranchées de Flandre sont les étapes d’une existence emblématique de tout un siècle. Mais l’histoire de cet homme nommé Urbain Martien ne se réduit pas à ce traumatisme et, grâce à son talent de conteur, Hertmans nous fait ressentir à quel point la peinture mais également un amour trop tôt perdu auront marqué l’existence de son grand-père.
smilesmile S'il est vrai que ce récit est à certains moments poignant, et relate des horreurs que chacun devrait garder en mémoire, d'autres passages m'ont semblé un peu longs malgré leur intérêt, et certaines descriptions trop détaillées. Je soulignerai quand même l'attitude honteuse des officiers francophones vis-à-vis des simples soldats flamands qu'ils méprisaient, et qu'ils envoyaient sans états d'âme aux premiers rangs des combats.  Je ne regrette donc pas cette lecture qui m'a fait vivre l'existence d'un être pauvre et marqué par le destin, mais tellement digne.  Merci Joëlle !

Lu en mai/juin 2017

11:42 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

26/06/2017

Dictionnaire Amoureux de la Science. Claude Allegre

téléchargement.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile L'ambition de Claude Allegre est de faire tenir dans 1000 pages, l'ensemble des sciences, et ce depuis les balbutiements des alchimistes jusqu'à la théorie des cordes et l'univers des quarks. Vulgariser sans simplifier, tel était le défi. L'ex-ministre de Mitterrand y réussit partiellement. En effet, il est utopique de vouloir mixer histoire des sciences - au demeurant la partie pour moi la plus intéressante de l'ouvrage - avec une approche scientifique de domaines aussi ardus que la physique des particules ou la biologie moléculaire. Il n'empêche que l'aventure humaine des grandes découvertes, la complexité de notre univers, l'incroyable richesse du monde animal, m'ont particulièrement sidéré. Mais malgré le souci de l'auteur de vouloir rester simple, une série d'entrées de ce dico amoureux me sont "passées au-dessus de la tête".

Lu en mai/juin 2017

11:40 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

22/06/2017

Quelqu'un pour qui trembler - Gilles Legardinier

9782266273350.jpgPour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.
Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.

smilesmilesmile C'est à nouveau un bon moment passé en compagnie des personnages de Gilles Legardinier.  On ne se prend pas la tête et on se laisse aller à suivre le déroulement des déboires et bonheurs que vivent tous les protagonistes.  C'est divertissant et très agréable à lire. 

Lu en mai 2017

 

13:49 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

20/06/2017

Le Manuel du Parfait Gentleman - Blake et Mortimer

le manuel.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Un récent cadeau de fête des pères (merci Bernard) m'a permis d'enfin être capable d'assortir la couleur de mes cravates (que je ne porte plus) avec celle de mes chemises. Je sais maintenant comment me comporter lorsque ma lavallière est défaite, et manger avec délicatesse le homard (que j'exècre) sans utiliser le couteau. J'ai appris à jurer avec élégance et n'utiliserai donc à l'avenir que "Bon sang" "Miséricorde" "Juste ciel" et rarement "Blast" ou "Good lord". Je sais maintenant que le bon moyen pour séduire est d'offrir- en nombre impair- des anémones ou des azalées, voire des fuchsias mais jamais au grand jamais des glaïeuls ! Comment ai-je vécu aussi longtemps en étant un rustre.

Lu en juin 2017

 

15:15 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

25/05/2017

Mes Indépendances - Kamel Daoud

images (1).jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Il est facile de manifester sa désapprobation face aux exactions d'un régime quand on vit en exil. Le quartier de Matongé est le village congolais le plus accueillant à toutes les récriminations de la diaspora africaine.

Il est autrement plus courageux de dénoncer l’état algérien quand on est citoyen d’Oran. C’est le cas de Kamel Daoud. « Mes Indépendances » est un florilège des éditoriaux qu’il fit paraitre dans le « Quotidien d’Oran » durant la période 2010 – 2016. Ces textes, destinés en priorité aux Algériens, vont évidemment bien au-delà, quand ils dénoncent la cause des femmes au Maghreb, l’avilissement généralisé du régime, la particratie, et comme le démontre si bien Kamel Daoud, « un régime où l’insécurité est la loi de la sécurité ».

Cet écrivain que j’ai découvert grâce à La Grande Librairie de François Busnel, m’a apporté matière à réflexion sur des sujets aussi graves que la liberté, les choix des démocraties, mais aussi la poésie, la vie et la mort.  L’une des chroniques s’appelle « Réflexions sur la mort d’un voisin », et je dois dire qu’elle m’a profondément marqué.

Lu en avril/mai 2017

16:55 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

07/05/2017

Le Tribunal des Ames - Donato Carrisi

9782253168751-001-T.jpegRome. Sa dolce Vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables. Marcus est un homme sans passé. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd'hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d'une jeune étudiante kidnappée. Sa spécialité : analyser les scènes de crime. Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d'un immeuble désaffecté. Elle n'a jamais tout à fait cru à un accident. Leurs routes se croisent pour les conduire chacun au carrefour où il faut choisir entre la vengeance et le pardon.

smilesmile Un thriller qui raconte plusieurs enquêtes qui s'entremêlent, des personnages dont on ne sait plus vraiment à laquelle ils appartiennent, des chapitres titrés de jours et heures dont on ne sait plus très bien à quoi ils font référence .. Tout cela fait que je ne suis pas enthousiaste à propos de ce roman, mais qui m'a malgré tout accrochée puisque je voulais en connaître la fin !

Lu en avril 2017

15:45 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

08/04/2017

Le Charme discret de l'Intestin - Giulia Enders

CVT_le-charme-discret-de-lintestin_8056.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Parodiant Woody Allen, je dirais "tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la m... sans jamais osez le demander". Nous faisons connaissance avec "le cerveau" d'en-bas, la petite poche de guingois (l'estomac), le pro du remue-ménage (l’œsophage), et découvrons, émerveillé en ce qui me concerne, le miracle de cette noble fonction : la digestion.

Je suis en admiration devant la jeunesse de l'auteure et la manière avec laquelle elle nous emmène à la rencontre des salmonelles et autres bactéries.  Ce Best-Seller mondial, publié dans plus de 30 pays, est non seulement instructif, mais rédigé avec un humour "scatologique" de bon aloi.  Quelle formidable promesse pour le futur que de savoir qu'il existe une jeunesse savante, passionnée, comme l'est Giulia Enders (27 ans).  Cette constatation ne fait que conforter ma foi dans "les moins de trente ans". Je suis moi-même un grand-père heureux et fier de ses jeunes pousses. A la lecture de ce livre, je croyais entendre Nastasja (Interne des hôpitaux liégeois), quand, avec la passion dont elle est capable, elle nous narre ses nuits de garde aux Urgences.

Lu en mars/avril 2017

08:59 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

02/04/2017

Complètement cramé ! Gilles Legardinier

51a3kNhvyHL._SX210_.jpgLassé de tout, Andrew Blake quitte l'Angleterre et se fait embaucher comme majordome en France, au Domaine de Beauvillier.  Confronté à de surprenantes personnalités - sa patronne, Odile la cuisinière, Manon, ou encore Philippe le régisseur -, lui qui croyait en avoir fini avec l'existence va être obligé de tout recommencer ...

smilesmilesmile Un régal de bonne humeur et de situations drôles, voire loufoques ! On entre très rapidement dans l'histoire de ces personnages tout à fait dissemblables, mais dont le positivisme et les bons sentiments nous séduisent et nous emmènent dans leur univers.  C'est très rafraîchissant !

J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cet auteur dont je lirai certainement d'autres ouvrages sans tarder.

Lu en mars 2017

Prix du meilleur roman Confidentielles.com en 2013

Adaptation cinématographique en 2015, par Jérôme Cornuau

Existe en édition audio

09:08 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2017

La vie est facile, ne t'inquiète pas - Agnès Martin-Lugand

51wYQ7Q-cVL._SX195_.jpgDepuis un an que Diane est rentrée d'Irlande, elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire.
C'est là, aux "Gens heureux lisent et boivent du café", son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.

Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres.

Aura-t-elle le courage d'affronter un autre chemin ?

smileundecided Un roman "à l'eau de rose", pas désagréable à lire, mais cela s'arrête là ! Après mes dernières lectures qui m'ont enchantées, je n'ai pas vraiment été séduite par cette histoire.  

Lu en mars 2017

 

08:47 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

21/03/2017

Petite philosophie des mots espiègles - Luc De Brabandere

41xPwzJRMFL._SX195_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile La pensée est-elle possible sans le langage ? Quelle est l'importance du mot, et sa place dans la phrase ? Comment approcher l'étude des mots, autrement qu'avec des mots ? On peut philosopher sur l'amour sans aimer; on peut philosopher sur les nouvelles techniques sans être adepte; mais comment philosopher sur le langage sans l'utiliser ? Y-a-t-il eu une langue mère de toutes les autres ?

A toutes ces questions, Luc De Brabandere tente d'apporter une pièce à l'édifice qui a déjà été bien construit par d'illustres prédécesseurs, tels Saussure, Chomsky ou Wittengenstein. Il le fait avec humour et dérision, et les exemples qu'il fournit sont étonnants, simples, mais évidents.

Lu en mars 2017

13:54 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)