16/04/2018

Une Odeur de Gingembre - Oswald Wynd

CVT_Une-odeur-de-gingembre_1775.jpegEn 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine où elle doit épouser Richard Collingsworth, l'attaché militaire britannique auquel elle a été promise. Fascinée par la vie de Pékin au lendemain de la Révolte des Boxers, Mary affiche une curiosité d'esprit rapidement désapprouvée par la communauté des Européens. Une liaison avec un officier japonais dont elle attend un enfant la mettra définitivement au ban de la société. Rejetée par son mari, Mary fuira au Japon dans des conditions dramatiques. À travers son journal intime, entrecoupé des lettres qu'elle adresse à sa mère restée au pays ou à sa meilleure amie, l'on découvre le passionnant récit de sa survie dans une culture totalement étrangère, à laquelle elle réussira à s'intégrer grâce à son courage et à son intelligence. Par la richesse psychologique de son héroïne, l'originalité profonde de son intrigue, sa facture moderne et très maîtrisée, Une odeur de gingembre est un roman hors norme.

smilesmile Je ne dois pas être en mode "lecture" actuellement, parce que, lorsque je constate qu'il n'y a que des éloges à propos de cet ouvrage, je me dis que j'ai dû rater quelque chose !  C'était agréable à lire certes, intéressant, mais de là à le trouver hors norme, je n'y souscris pas et ce n'est pas un ouvrage dont je me souviendrai longtemps.

Lu en mars 2018

12:45 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

Homo Deus - Une brève Histoire de l'Avenir - Yuval Noah Harari

gr_9782226393876.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Dans "Sapiens", Yuval Noah Harari démontrait que ce qui fait la supériorité de l'Homo Sapiens sur toutes les autres formes de vie, est la faculté qu'il a de raconter des histoires. La fiction serait-elle la solution ? 

Dans Homo Deus, le discours devient un peu plus pessimiste, car notre futur, qu'il soit bionique ou biologiquement modifié, passe hélas de plus en plus par l'intelligence artificielle. Et cette technologie n'est pas capable de mentir, ni de créer "Autant en emporte le vent". Même si aujourd'hui, les ordinateurs génèrent de la musique, ce n'est pas demain qu'IBM sera Beethoven. Et pourtant le danger est grand de voir, d'ici très peu d'années, une génération d'humains déresponsabilisés, inemployés, et inemployables. Triste tableau d'un avenir possible que l'auteur nous décrit comme probable. Je reste toujours aussi enthousiasmé par la formidable expérience de lecture que représente Homo Deus, même si quelques redites altèrent un peu cet enthousiasme.

Lu en avril 2018

11:37 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2018

La Vie Secrète des Arbres - Peter Wohlleben

téléchargement (1).jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Ma belle-fille a décrété qu'il s'agissait de la "botanique de base". La vie de la forêt, les efforts que font les végétaux pour combattre tous leurs prédateurs, l'espèce d'"orgueil" d'une forêt de hêtres, la souffrance possible de l'arbre martyrisé, le miracle de la photosynthèse, sont pour moi des découvertes. Mais je suis certainement un nul dans ce domaine, comme peut-être les millions de lecteurs qui ont fait de cet ouvrage un succès mondial traduit en 32 langues.

Lu en mars 2018

10:45 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

01/04/2018

La Grande Histoire du Monde - François Reynaert

51g9rW6Q7RL._SX195_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Le pari de François Reynaert est de résumer en un millier de pages l'histoire de cinq continents sur une période de 5000 ans. Une gageure ! Et pourtant, sans simplification abusive, ni oubli manifeste, le journaliste du Nouvel Obs réussit à nous passionner avec l'analyse qu'il propose. Certes, l'histoire européenne que nous maîtrisons le plus est parfois, à mon avis, un peu bâclée. Mais quelle découverte que l'histoire fabuleuse de l'Empire Moghol, ou celle du Japon du 16e siècle !  Ma conclusion est qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil, et que l'humain est fait d'une cruauté qui dépasse tous les entendements, mais qu'il est aussi l'héritier d'un passé riche des fantastiques étapes de la culture et de la justice.

Lu en mars 2018

10:56 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

21/02/2018

Décadence - Michel Onfray

CVT_Decadence_7706.jpgLu et commenté par Georges.

smilesmilesmile S'agit-il de pessimisme philosophique ou de réalisme lucide ? Le pensum de Michel Onfray (plus de 600 pages) met à mal toutes les mythologies, toutes les soi-disant victoires des démocraties, et balaie sans scrupule nos illusions d'un monde meilleur. Avec une précision d'entomologiste, il démontre que notre société judéo-chrétienne est à l'agonie. Rien de ce qui pourrait être mis au crédit de notre humanisme n'est épargné. Que ce soit le christianisme et toutes ses dérives, l'islam et le djihad, les révolutions française et russe dont les utopies finissent en massacres, et l'antisémitisme qui est presque éternel.

Ce sont les religions qui créent les civilisations. La nôtre paie toutes les erreurs qu'elle a commises, en oubliant la parole d'amour qu'elle devait porter, pour y mettre à la place les pogroms, les croisades, les autodafés, les génocides, l'inquisition et l'attitude de Pie XII envers l'holocauste.

Michel Onfray n'apporte aucun message d'espoir face à un futur qui sera probablement islamique. Les nouvelles guerres de religions mettent en présence les défenseurs du capitalisme et des inégalités sociales face aux combattants de la foi et de Dieu.

Peut-on mourir pour un i-phone ?

Lu en janvier/février 2018

09:40 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

12/02/2018

Dictionnaire Amoureux de l'Inde - Jean-Claude Carrière

411KfFVHUAL._SX326_BO1,204,203,200_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Admettre l'art de vivre des autres n'est pas donné à tous les peuples. Les Hindous l'ont, et l'avaient depuis la plus haute antiquité. Mais hélas, le barbarisme de l'Islam, là aussi, a hurlé "Allah Akbar", il faut détruire ce que je ne peux pas bâtir.

L'envie de découvrir le sous-continent m'est venue dès les premières lignes du remarquable ouvrage de Jean-Claude Carrière. Ce pays offre tant de vestiges grandioses de son riche passé. Sa culture millénaire est une fierté de notre race. Pensez donc, avoir créé une religion sans dieux (le bouddhisme), avoir démontré les vanités inutiles de la recherche des richesses alors que le bonheur est en nous-mêmes.

J'avais presque convaincu ma femme adorée de vérifier si nos passeports étaient encore valables, quand je suis arrivé à la lecture des chapitres intitulés "la rue et la route". Et adieu veau vache cochon couvée, mon bel enthousiasme s'est effondré face au spectacle de la pauvreté, du manque d'hygiène et de la pollution. Je resterai un vieil Européen indécrottable, amoureux de son confort, et mon rêve indien restera inabouti.

Lu en janvier/février 2018

13:50 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

11/02/2018

Les Fausses Innocences - Armel Job

9782874230844FS.gifLorsque Mathilda Stembert vient déclarer la mort de son mari, décédé accidentellement en Allemagne de l'Est, le maire du village, Roger Müller, sait qu'elle ment. La veille, dans la nuit, il a convaincu le docteur Stembert de ne pas quitter sa femme pour rejoindre sa maîtresse allemande. Roger Müller aime Mathilda Stembert depuis l'adolescence. Doit-il exiger une enquête sur ce décès improbable comme son devoir l'exige ou accepter les dires de la femme qu'il aime ? 

smilesmilesmile Comme toujours, Armel Job nous a concocté un roman admirablement bien écrit et bien construit. L'intrigue est bien imaginée, le dénouement est à la hauteur de l'intrigue, et le style d'écriture parfait ! C'est toujours avec plaisir que je retrouve cet auteur qui ne m'a jamais déçue !

Lu en février 2017

16:37 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

La Fractale des Raviolis - Pierre Raufast

CVT_La-fractale-des-raviolis_8165.jpeg« "Je suis désolé, ma chérie, je l'ai sautée par inadvertance." Je comprends que l'on puisse sauter une femme par dépit, par vengeance, par pitié, par compassion, par curiosité, par habitude, par intérêt, par gourmandise, et même parfois par amour. Par inadvertance, ça non. »
Comment se venger d'un mari volage ? En l'empoisonnant avec son plat préféré. Mais rien ne se passe comme prévu et c'est tout un engrenage qui se met en place.

smilesmile On peut dire que ce récit est pour le moins relaté de manière inédite ! C'est un roman composé d'un engrenage d'événements, dont les éléments se complètent agréablement bien. En effet, chaque petit chapitre commence toujours en se référant à la fin du précédent. L'issue est assez loufoque, mais bien dans le cadre du récit.  Agréable à lire.

Lu en janvier 2017

16:35 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

01/02/2018

Tsubaki - Aki Shimazaki

41VG5TEmi2L._SX210_.jpgDans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.

smilesmile Marguerite Duras n'est pas la seule à faire d'un cataclysme nucléaire l'objet d'un roman ! Ce premier récit d'une série est un petit bijou d'écriture. Dans un cadre historique, l'intrigue, bien construite, dévoile le lourd secret d'une survivante de Nagasaki.  

Lu en janvier 2018

17:03 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

24/01/2018

Dictionnaire Amoureux de l'Humour Juif - Adam Biro

CVT_Dictionnaire-amoureux-de-lhumour-juif_5675.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Un livre inclassable !  Il ne s'agit pas d'un florilège de l'humour juif, mais bien d'une approche de la judaïté sous le biais de l'humour. Et encore, cette judaïté circonscrite à l'Europe de l'Est, l'auteur étant de nationalité hongroise, émigré en France. Si l'humour est le sourire du désespoir, il est avant tout pour les Juifs, une autodérision qui ne respecte rien, même pas Auschwitz. L'auteur nous fait rencontrer Moïshe, tailleur à Budapest, le Docteur Levi, médecin à Odessa, ou Maurice, garçon de courses à Paris, mais aussi Kafka, Einstein ou Woody Allen. Je n'ai pas éprouvé ici le sentiment d'irritation que j'avais eu à la lecture du Dictionnaire Amoureux du Judaïsme de Jacques Attali, malgré le chapitre intitulé "Sommes-nous les meilleurs ?".  Et cela, peut-être, grâce au paravent qu'est le rire.

Pour terminer, deux "witz" :

Simon veut présenter sa future femme à sa mère. Il invite donc trois amies à déjeuner. "Maman, tu me diras, après le repas, quelle est la fille que je voudrais épouser". Une fois les filles parties, Simon interroge sa mère. "C'est la petite brune évidemment" dit-elle. - Mais comment l'as-tu deviné ? - Je l'ai immédiatement détestée.

Quelles sont les preuves irréfutables que Jésus était juif ? - Il a habité chez ses parents jusqu'à 30 ans; - Toute sa vie, il a été persuadé que sa mère était vierge; -Sa mère le prenait pour un Dieu; - D'une petit affaire familiale, il a fait une florissante entreprise multinationale.

Lu en janvier 2018

14:31 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

04/01/2018

Mourir sur Seine - Michel Bussi

9782848113203.jpgSixième jour de l Armada. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen ! Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier les matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ? Une implacable machination qui prend en otage 8 millions de touristes. Une course effrénée contre la montre jusqu'à la parade Parade en Seine.  L'histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant réelle, livre la clé de l'énigme. Les quais de Rouen, le cimetière de Villequier, les rues médiévales de Rouen, le marais Vernier ... deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l'imagination.

smilesmile Ce roman ne m'a pas enthousiasmé outre mesure.   Certes, ayant passé deux jours à Rouen en 2017, j'y ai reconnu avec plaisir certains lieux visités, mais le scénario n'est, à mon avis, pas à la hauteur des romans de Bussi que j'ai lus précédemment. Les doutes de la journaliste à propos de son pouvoir de séduction, les personnages plutôt stéréotypés, l'intrigue qui a du mal à s'installer, bref, tout cela a fait que je ne donne pas plus de deux émoticônes. 

Lu en décembre/janvier 2018

12:52 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

Une Autre Histoire de la Littérature Française Tome 2 - Jean d'Ormesson

51gkF+3KwIL._SX302_BO1,204,203,200_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Le premier tome de cette histoire m'avait assez enthousiasmé, mais les nombreux absents n'avaient fait que me conforter dans l'idée que d'Ormesson n'était tout de même qu'un "intello réactionnaire", car le choix qu'il faisait était celui d'une probable droite bien pensante. Ce deuxième opus ne corrige en aucune façon le choix arbitraire des lauréats appelés à la dévotion de son Excellence le Comte Jean-François Vladimir d'Ormesson. De François Villon à Georges Perec, il nous propose un voyage à travers les siècles.  Les étapes de ce voyage nous donnent l'envie de redécouvrir, et parfois simplement découvrir, l'oeuvre de ces génies que furent Montherlant, Larbaud ou Cioran. Que pour cette envie (l'envie d'avoir envie - merci Johnny !), remercions le sire d'Ormesson.

Lu en décembre/janvier 2018

09:45 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2017

Quelques Conseils pour venir au Monde - Jacques A. Bertrand

images.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Faut-il mieux naître blanc ou noir, riche ou pauvre, femme ou homme, laid ou beau, en Europe ou en Asie ? Si vous croyez que naître en Europe Occidentale, être de sexe masculin et de race blanche, beau et bien nanti est le meilleur choix, Jacques A Bertrand démontre, avec un humour digne de Jules Renard et Léautaud, que ce n'est peut-être pas le cas. La médecine explique parfaitement aujourd'hui ce qu'est la mort, et surtout le "comment" de celle-ci.  Mais la vie ! La rencontre improbable d'un spermatozoïde avec un ovule nous lance dans une aventure dont nous ne sortons pas indemnes. Qui nous dira le comment et le pourquoi de ce tête-à-tête ? J.A. Bertrand apporte quelques réponses philosophico-humoristiques, qui sont des petits moments de délectation intellectuelle que nous partageons avec lui, qu'il en soit remercié.

Lu en décembre 2017

13:10 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

17/12/2017

Dictionnaire Amoureux de Versailles - Frank Ferrand

dictionnaire-amoureux-de-versailles.jpgLu et commenté par Georges

smile Pourquoi aime-t-on un livre ?  Pour son exactitude ?  Pour la manière de ne jamais éluder un sujet ?  Pour l'élégance du style ?  Pour le rêve qu'il suscite en nous ?  Mais je crois qu'on l'aime aussi pour les souvenirs de vie et de lectures qu'il nous évoque.  Un livre qui m'a enchanté est celui qui s'est adressé à la meilleure partie de moi-même.

Ce long préambule pour dire que l'ouvrage de Frank Ferrand, aussi bien documenté soit-il, ne m'a en aucune manière provoqué cette heureuse satisfaction. L'égotisme de l'auteur prend régulièrement le dessus sur l'intérêt et la curiosité que devraient engendrer les différentes entrées de ce dictionnaire.  Certes, les courtisans nous sont présentés avec toute leur bassesse et leur mesquinerie, mais la magie ressentie lors de la visite que nous fîmes à Versailles - malgré les hordes de touristes asiatiques - est hélas absente tout au long de ces 500 pages; la fatuité, le parisianisme snobinard sont eux bien présents.

Lu en décembre 2017

14:25 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

12/12/2017

Le Premier Miracle - Gilles Legardinier

9782290137352.jpgKaren Holt est agent d’un service de renseignement très particulier.
Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus trop où il en est.
Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu.
Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a pas d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. 
Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser.
Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. 
Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire…

smilesmile Après la lecture des "Mille Soleils Splendides" de Khaled Hosseini, je croyais me divertir grâce à la plume de Legardinier dont l'écriture est habituellement pleine de fantaisie et de sagesse.  Hélas non ! Ce roman ne manque pas d'intérêt scientifique et a certainement nécessité beaucoup de recherches historiques, mais le résultat relève quand même de la science fiction, et ce n'est pas ce que je préfère.  Je l'ai achevé par respect pour l'auteur, mais également parce qu'il est écrit sous forme de thriller et avec une petite pointe d'humour, et que je voulais malgré tout en connaître le dénouement.

Lu en décembre 2017

 

15:33 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2017

L’Échappé Belge - Alex Vizorek

téléchargement.jpgLu et commenté par Georges

smile Marketing, marketing, que d'erreurs on commet en ton nom. Grand exportateur de l'humour belge outre-Quiévrain, Alex Vizorek a jugé bon de proposer un florilège de ses chroniques radiophoniques qui charment les auditeurs de France Inter. Il faut être au top de la politique parisienne pour apprécier l'impertinence et l'humour décalé qui font certainement mouche à l'oral, mais qui s'écrasent un peu à l'écrit. Pour vendre en Belgique, (ah le marketing), on rajoute quelques pages "spéciales Belgique". Et hop, cela se vend, la preuve, je l'ai acheté !

Lu en novembre 2017

15:25 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

29/11/2017

Mille Soleils Splendides - Khaled Hosseini

9782264049063.jpgÀ Kaboul, Mariam endure un mariage contraint avec un homme violent. L’arrivée de la jeune Laila sous son toit est une épreuve de plus. Mais, entre ces femmes que tout oppose, la rivalité va bientôt faire place à une indéfectible amitié… Et à l’espoir d’une autre vie. Par l’auteur des Cerfs-Volants de Kaboul, un chant d’amour poignant pour l’Afghanistan, déchirée par la barbarie. 

smilesmilesmile J'ai enfin eu le courage de lire ce roman dont j'avais relevé le titre sur le blog de Marcel, et dont le commentaire m'avait interpellée.  Mais quel récit bouleversant, perturbant,  émouvant, ... il n'y a pas de terme assez fort pour le qualifier.  Il nous fait partager le sort tragique de ces deux femmes afghanes dont on découvre au fil des pages et avec beaucoup d'émotion, le quotidien fait de violences physiques et morales.  Le courage qu'elles ont pour supporter toutes ces persécutions envers et contre tout, pour ne pas laisser tomber les bras et pour essayer de s'échapper de cet enfer que sont la guerre, les bombes, la faim, ... et leur futur.

Lu en novembre 2017

17:14 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (2)

28/11/2017

Le jour où j'ai appris à vivre -Laurent Gounelle

4189ys8CVGL._SX210_.jpgImaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.
C'est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie... 

smilesmile L'auteur nous fait vivre une prise de conscience de la vie ... et de la mort, avec comme conclusion que "Bien vivre, c'est se préparer à mourir sans regrets", et, pour y arriver, apprendre à se connaître et à analyser nos limites et à les accepter.  Mais aussi refuser d'être façonné dans un moule imposé par la société et qui ne nous correspond pas.  Si je suis un peu déçue par ce roman, c'est peut-être que j'en espérais plus ! En effet, il n'a pas été le déclencheur d'un changement de raisonnement et d'attitude en ce qui me concerne.

Lu en octobre/novembre 2017

16:33 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2017

De quelques Amoureux des Livres ... - Philippe Claudel

9782253069485-001-T.jpegLu et commenté par Georges

smile Quand un romancier célèbre décide de s'amuser, il met en scène une panoplie de personnages face à l'angoisse de la page blanche.

Cet exercice est un peu vain, et parfaitement inutile, mais a certainement réjoui le formidable créateur de fictions qu'est Philippe Claudel.

Lu en novembre 2017

16:20 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

C'était mieux avant ! - Michel Serres

51Nc0KKWAhL._SX195_.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile En préface, Michel Serres déclare "C'était mieux avant, ça tombe bien, j'y étais" ! Je peux faire mienne cette affirmation, puisque "moi aussi, j'y étais".

Face aux éternels vieux ronchons nostalgiques, Michel Serres démontre, avec un discours simple, que notre époque, malgré Trump et quelques autres, est un paradis par rapport à ce 20ème siècle idéalisé par certains.  Toutefois, je peux, sans être taxé de rétrograde, regretter l'époque où la communauté était celle d'amis réels et non la triste virtualité de Facebook.

Lu en novembre 2017

15:51 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

31/10/2017

Le Marchand qui voulait gouverner Florence - Alessandro Barbero

51NBaQOcI7L.jpgLu et commenté par Georges

smilesmile Prenez six personnages qui sont des fenêtres ouvertes sur le monde des 13e, 14e et 15e siècles.  Choisissez trois hommes et trois femmes qui ont marqué l'histoire et leur époque (tout au moins pour quatre d'entre eux).  Avec l'analyse de leurs vies, essayez de nous faire ressentir ce qu'était la société médiévale, tel est le pari de Alessandro Barbero.  Cette société n'est pas tellement éloignée de la nôtre, la prévarication, la corruption des politiciens, les dénis de justice, la lutte fratricide des religions, nous ramènent hélas en 2017.  Petit bémol peut-être pour le style qui n'est pas à la hauteur, mais il s'agit d'une traduction et "traduttore, traditore".

Lu en octobre 2017

13:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (1)

26/10/2017

Le Dernier Banquet - Jonathan Grimwood

9782253070207-001-T.jpegUn enfant crasseux mange des scarabées à côté d’un tas de fumier, il a cinq ans et ses parents sont morts. Il s’appelle Jean-Charles d’Aumout et c’est un noble sans le sou qui va connaître un destin exceptionnel.
Dans la France du XVIIIe siècle, l’orphelin devenu cadet à l’Académie militaire va, grâce à un mariage, grimper les échelons de la société. Soldat, diplomate, espion, amant : Aumout est tout cela à la fois.
Sa vie est remplie de passion et d’intrigues, mais cela ne lui suffit pas. Il n’a qu’une seule obsession : l’art culinaire qu’il porte à son paroxysme. Alors que la société agonise sous les coups de la Révolution, tel un alchimiste prêt à toutes les expériences, Aumout cherche le goût parfait, absolu. Mais en cuisine, pas plus qu’en politique, la perfection n’est de ce monde…

« Ce roman historique est un chef d’œuvre. » (The Times)

frown Vous l'aurez compris : je n'ai pas aimé ce récit, malgré l'avis du Times !! Pas mal de passages parlent de sexe dans un mode assez cru, et même si je ne suis pas bégueule, je trouve que ce n'est pas ce qui peut faire la beauté d'un récit.  Par ailleurs, la cuisine expérimentale du protagoniste est plus que déroutante, voire parfois dégoûtante. Quelques critiques osent une certaine comparaison avec Le Parfum de Suskind.  Pour moi, il n'arrive pas à sa cheville ! 

Lu en octobre 2017

16:10 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

07/10/2017

Puissions-nous être pardonnés - Amy M. Homes

9782330078171.jpgHistorien spécialiste de Nixon, Harold Silver a passé sa vie à observer son arrogant et belliqueux cadet George, magnat de l’industrie TV, se bâtir une vie cossue dans la banlieue de New York et n’est que trop au fait du tempérament explosif de son frère. Le jour où George perd totalement le contrôle, la sauvagerie de son geste est telle que tous deux se voient projetés dans des vies radicalement nouvelles.
Du jour au lendemain, Harry se retrouve en charge d’une nièce et d’un neveu, auxquels viendront bientôt se greffer un orphelin pour le moins excentrique et un couple de retraités farfelus. Tandis qu’il s’emploie à fonder cette famille d’un genre nouveau, Harry, héros malgré lui, navigue dans la tempête avec une intelligence des autres salutaire et, ce faisant, trouve le chemin de lui-même.

smilesmile J'ai réussi à terminer la lecture de ce roman 682 pages ! Cela sonne comme un cri de victoire, mais je dois avouer que je me suis souvent posé la question de savoir s'il m'ennuyait ou s'il me réjouissait.  Certains passages sont drôles, l'histoire est assez burlesque et farfelue, mais elle n'a pas réussi à me captiver.

Lu en septembre/octobre 2017

13:34 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2017

Toutes les vagues de l'océan - Victor del Arbol

CVT_Toutes-les-vagues-de-locean_9673.jpgGonzalo Gil reçoit un message qui bouleverse son existence : sa sœur, de qui il est sans nouvelles depuis de nombreuses années, a mis fin à ses jours dans des circonstances tragiques. Et la police la soupçonne d’avoir auparavant assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils. Ce qui ne semble alors qu’ un sombre règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et de la figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences.
Cet homme idéaliste, parti servir la révolution dans la Russie stalinienne, a connu dans l’enfer de Nazino l’incarnation du mal absolu, avec l’implacable Igor, et de l’amour fou avec l’incandescente Irina. La violence des sentiments qui se font jour dans cette maudite “île aux cannibales” marque à jamais le destin des trois protagonistes et celui de leurs descendants. Révolution communiste, guerre civile espagnole, Seconde Guerre mondiale, c’est toujours du côté de la résistance, de la probité, de l’abnégation que ce parangon de vertu, mort à la fleur de l’âge, a traversé le siècle dernier. Sur fond de pression immobilière et de mafia russe, l’enquête qui s’ouvre aujourd’hui à Barcelone rebat les cartes du passé. La chance tant attendue, pour Gonzalo, d’ébranler la statue du commandeur, de connaître l’homme pour pouvoir enfin aimer le père.
Toutes les vagues de l’océan déferlent dans cette admirable fresque d’un XXe siècle dantesque porteur de toutes les utopies et de toutes les abjections humaines.

smilesmilesmile Dès les premières lignes, on est captivé par ce roman.  Près de 700 pages passionnantes durant lesquelles l'on passe avec fébrilité des années 1930 aux années 2000. On est embarqué dans ce récit qui nous entraîne dans les camps staliniens de Sibérie, le fascisme espagnol, les combats de la guerre d'Espagne, où les choix politiques des individus déterminent le pire ou le meilleur pour l'avenir de leurs familles et de leurs descendants.

J'ai découvert cet auteur grâce à l'enthousiasme de Joëlle qui en est une inconditionnelle, et j'adhère au club ! Plaisir de lecture garanti.

Lu en septembre 2017

Prix Violeta Negra en 2016

Élu meilleur polar de l'année par LiRE en 2015

Grand Prix de Littérature Policière - Roman Etranger - en 2015

 
 
 

15:53 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

02/10/2017

Sapiens. Une Brève Histoire de l'Humanité - Yuval Noah Harari

bm_184036_aj_m_260.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmilesmile Il y a des livres qui sont des bouteilles que l'on jette à la mer dans l'espoir que l'univers entier en prenne connaissance. C'est le cas de Sapiens. C'est un traité de sociologie, d'ethnologie, de philosophie, de théologie, mais avant tout, c'est un passionnant livre d'Histoire avec un grand H. Depuis l'empreinte de la main de la grotte Chauvet jusqu'à l'homme bionique, Yuval Noah Harari nous transporte de notre lointain passé (- 70.000 ans) jusqu'à un futur hypothétique à deux directions. Jamais il ne simplifie son propos, mais il reste accessible et ses avis sont toujours étonnants de lucidité. Cette brève histoire de l'Humanité est un des livres que l'on est fier d'avoir lu, et qui m'accompagnera encore longtemps.

Lu en septembre/octobre 2017

11:31 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2017

Dictionnaire Amoureux des Reines - Evelyne Lever

images (1).jpgLu et commenté par Georges

smile A la lecture de ce dictionnaire, j'ai eu l'impression d'être dans une quelconque salle d'attente, feuilletant "Point de Vue Images du Monde", et m'intéressant à la vie de nos royales célébrités. Mais la découverte du protocole de la Cour de Russie, la description de la cérémonie du Sacre, la narration des nuits de noces royales, m'ont conforté dans l'idée qu'il s'agissait d'un vrai travail d'historien. Je me suis aperçu un peu tard que l'auteure était l'une des scientifiques de référence de l'émission de Stéphane Bern "Secrets d'Histoires".  Elle est donc en symbiose avec cette émission, intéressante mais superficielle.

Lu en septembre 2017

10:26 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2017

Dictionnaire Amoureux de la Chanson Française - Bertrand Dicale

images.jpgLu en commenté par Georges

smilesmile Que la chanson soit gravée dans notre mémoire d'enfance, compagne d'un trajet sur l'autoroute, ou qu'elle soit souvenir de deuil ou de bonheur, toujours elle rythme notre vie.  Le voyage que Bertrand Dicale m'a fait parcourir m'a enthousiasmé, étonné, mais parfois aussi révolté (à cause des oublis).  Quel plaisir de côtoyer tous les Grands, de Aznavour à Zazie, de m'apercevoir que leur oeuvre m'était familière, que je l'aimais, et qu'elle avait enrichi ma vie. Et puis, le miracle de "You Tube" qui remet dans l'oreille le son oublié, la découverte de l'artiste confidentiel d'un "tube du passé".  Ce livre m'a rappelé Marie-Josée Neuville, interprète de mon adolescence, ressortie des brumes de ma mémoire en m'apportant le goût des choses rangées sur les étagères de nos enfances.

Lu en août/septembre 2017

13:57 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

La Femme aux fleurs de papier - Donato Carrisi

9782253093176-001-T.jpegLa nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic sombre au beau milieu de son voyage inaugural. Un passager descend dans sa cabine de première classe, revêt un smoking et remonte sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il allume un cigare et attend la mort. En 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. À moins qu’il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain. Jacob Roumann, médecin autrichien, n’a qu’une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l’interrogatoire. Sa vie, décrète-t-il, tient à trois questions : « Qui est Guzman ? Qui suis-je ? Et qui était l’homme qui fumait sur le Titanic ? »
Dans ce huis clos se noue alors entre les deux ennemis une alliance étrange autour d’un mystère qui a traversé le temps et su défier la mort. 

smilesmilesmile Ce roman n'a rien à voir avec les thrillers qui ont fait la réputation de Carrisi.  Au contraire, c'est plutôt un conte, un récit captivant, qui bien sûr nous projette dans le vécu des tranchées, mais nous emporte aussi à travers le monde avec délectation.  Le dialogue des deux protagonistes nous tient en haleine tout au long du récit et c'est avec regret que l'on tourne la dernière page.

Lu en septembre 2017

13:44 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2017

La Femme manquée - Armel Job

232_L230.jpgCharles a trente-cinq ans, possède une belle ferme à Sarteau en Ardenne et rêve de trouver une femme... Il s'adresse au clerc de notaire, Evariste Lejeune, pour rédiger des annonces matrimoniales. Échec. Puis réussite, lorsqu'il découvre dans un catalogue exotique, sous la rubrique "Jolies indigènes cherchant mariage", l'épouse idéale. Arrive Opportune, jeune femme d'outre-mer qui meurt le jour même de ses noces. C'est alors que se révèle l'identité du pauvre Charles Lambert - révélation qui bouleverse le village et la vie d'Evariste Lejeune...

smilesmilesmile Cela faisait longtemps que je n'avais plus lu cet auteur.  Mais les retrouvailles furent à la hauteur de mes espérances.  J'ai redécouvert ces ambiances de villages belges, tellement bien décrites, et aussi les mesquineries et superstitions des gens, souvent égoïstes et envieux.  Pauvre Charles !

Lu en août 2017

 

15:47 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)

25/08/2017

Martin Eden - Jack London

téléchargement.jpgLu et commenté par Georges

smilesmilesmile Je ne sais pour quelle mystérieuse raison, un matin, j'ai décidé de ne plus lire de romans. Après de longues années de carême, j'ai retrouvé l'envie avec toutefois un appétit d'oiseau. Quant à se nourrir à nouveau d'une romanesque pâtée, autant que la qualité y soit. Alors choisissons un chef-d'oeuvre ! 

Martin Eden, considéré comme tel, m'a réconcilié avec la fiction. Les quelques longueurs, perceptibles notamment à la lecture des interminables refus que le personnage subit de la part des éditeurs n'acceptant pas sa littérature, sont compensées par des fulgurances d'idées qui dérangent, émeuvent et révoltent.  C'est probablement là le propre du chef-d'oeuvre.

Même si nous ne nous identifions jamais avec le personnage de Martin, sa vie (qui est en grande partie celle de Jack London), et son désir d'ascension sociale sont dépeints avec un foisonnement de détails et d'analyses psychologiques dignes de Proust.

Je ne suis pas prêt d'oublier la lente descente de Martin dans l'Océan Pacifique, et sa plongée de l'autre côté du miroir.

"Cette souffrance n'était pas la mort, se dit-il dans une demi-inconscience. La mort ne faisait pas mal. Non, c'était la vie, cette atroce sensation d'étouffement, le dernier mauvais coup que lui portait la vie. Ses mains et ses pieds se mirent à battre l’eau de tous côtés, dans des soubresauts désespérés. Il était descendu trop bas. Il croyait flotter langoureusement dans une vision de rêve. Des rayons des couleurs l'entouraient, le baignaient, le pénétraient. On eût dit un phare. Mais non, c'était dans son cerveau - un éclair de lumière blanche, une lumière de plus en plus vive.  Il y eu un long bourdonnement, puis il eut l'impression de tomber dans un vaste escalier sans fin.  Tout en bas, c'étaient les ténèbres.  Cela, il le savait. Il sombrait dans les ténèbres.   Et, au moment où il le sut, il cessa de le savoir."

Lu en août 2017

13:23 Écrit par Arlette Driessens | Lien permanent | Commentaires (0)